Le projet Gloria

Kick-off meeting 10 le 11 décembre 2013, Helsinki Finlande

La douleur chronique est un problème socio- économique majeur qui touche un Européen sur cinq individus en Europe. A partir de 70 ans, le nombre est encore plus élevé : un tiers des Européens âgés souffrent quotidiennement de douleurs modérées à graves qui nécessitent un traitement. Pour la société, de nombreuses heures de travail sont perdues en raison de la douleur chronique, et la qualité de vie d’une personne souffrant de douleur est diminuée.

 

Les analgésiques aujourd’hui

Les analgésiques actuellement disponibles ne parviennent pas à offrir un soulagement significatif chez la majorité des patients souffrant de douleurs chroniques. Les analgésiques sont rarement assez efficaces ; et ils causent des effets indésirables importants qui conduisent souvent à l’arrêt du traitement. Les analgésiques anti-inflammatoires non stéroïdiens sont la cause majeure de maladies et de décès liés aux médicaments. En outre, les opioïdes peuvent induire une tolérance et une dépendance lorsqu’ils sont utilisés pour la traitement à long terme de la douleur chronique. Afin de développer des analgésiques sûrs et plus efficaces, l’efficacité des analgésiques existants peut être renforcée par l’amélioration de leurs profils de sécurité, et de nouveaux médicaments peuvent être développés pour cibler les mécanismes spécifiques qui sous-tendent des douleurs chroniques comme la douleur neuropathique, l’arthrose ou la fibromyalgie.

Les objectifs de GLORIA

Dans GLORIA, nous nous concentrons sur le rôle de l’activation des cellules gliales et de la neuro-inflammation dans les douleurs chronique. En combinant des approches de recherche fondamentale et clinique, nous contribuons au développement de médicaments plus sûrs et plus efficaces pour traiter la douleur chronique. En outre, nous allons fournir des outils qui pourront être utilisés pour adapter des traitements personnalisés aux patients souffrant de douleur chronique.

Notre recherche

Nous étudions l’activation gliale induite par les lésions dans les tissus et les nerfs, par l’inflammation et par les opioïdes dans de grandes cohortes de patients souffrant de douleurs chroniques. Des profils de bio-marqueurs sont développés par l’évaluation de marqueurs inflammatoires dans le liquide céphalo-rachidien, par l’étude de l’activation des cellules gliales dans le cerveau avec du PET, à l’aide de tests de douleur expérimentale validés et par l’utilisation d’approches génétiques. Les différences interindividuelles dans la perception de la douleur sont étudiées à l’aide de tests de douleur expérimentale et d’IRM fonctionnelle. Des modèles pré- cliniques pertinents et validés pour l’arthrite, la fibromyalgie et la douleur neuropathique seront utilisés pour étudier l’activation des cellules gliales et la physiopathologie dans ces conditions. Afin d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour l’analgésie, et créer des molécules de première ligne pour le développement de médicaments, nous nous concentrons sur la conception et la synthèse de composés qui bloquent l’activation des cellules gliales induite par TLR4 ainsi que sur de petits composés qui imitent les actions des molecules de la famille du GDNF.


 
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail